Skip to content

SAWA AFRiCA

avril 28, 2010

Cliquez sur le screenshot pour l’agrandir

SUR LE PRODUIT en lui-même, rien à dire. On ne l’a pas essayé, ni même vu en vrai (comme la plupart des gens qui en parlent, je crois). Mais esthétiquement parlant, la sobrissime basket Sawa (design vintage épuré, plate comme une limande et deux couleurs principales au choix : kori ou charbon) est plutôt pas mal. (Espérons que le confort suive.)

Niveau concept, on adhère. Pas de discours idéaliste/charitable/écolo pour vendre cette tennis 100% made in Africa mais un objectif : faire de l’argent et que le contient en voit la couleur. Grâce à des matières premières et une fabrication africaines. Les lacets viennent de Tunisie, le caoutchouc (des semelles) d’Egypte, le cuir du Nigeria, l’emballage d’Afrique du Sud et le soulier est monté au Cameroun. « Nos chaussures sont fabriquées en Afrique et continueront à l’être aussi longtemps que vous les apprécierez… c’est la seule promesse que nous faisons », clament les concepteur surs le site internet de la marque (dans la rubrique « Qui sommes-nous? »).

Reste le marketing, visiblement made in Europa, lui, mais ce qui ne l’empêche pas d’être réussi :o. Le site (dispo en français, anglais et japonais) est aussi classe et efficace que le blog, qui alterne judicieusement autopromo, « making of » de la production, clins d’œil photographiques du continent, (courtes) pensées économiques pro-africaines, etc. Résultat, les médias en redemandent. Sujet dans l’émission « La Matinale » sur Canal+ ce mardi matin (c’est là que j’ai appris leur existence), articles dans les Echos ou sur Obstyles, le site mode du Nouvel Observateur (animé par une grande amie)… Bref, enthousiasme généralisé pour la tennis africaine à qui tout le monde (y compris ma petite personne) souhaite une belle saga.

En revanche, pas un mot sur une stratégie de déploiement qui peut pour le moins surprendre : les points de vente se situent dans les lieux branchés (y compris un hôtel, c’est dire si tout est possible) de France, Royaume-Uni, Etats-Unis, Japon… mais dans aucun pays d’Afrique ! Pas la peine d’avancer le prix comme argument (tiens, il n’est pas mentionné sur le site de Sawa dont la boutique en ligne est annoncée « coming soon »). Des consommateurs capables de claquer (ou investir, selon le point de vue lol) 69€ dans des baskets, il y en a sûrement à Paris, Londres, NYC ou Berlin mais aussi à Dakar, Lagos, Accra, Buenos Aires ou New Dehli. Sur leur site, les concepteurs expliquent vouloir « naviguer à contre courant du flux Nord / Sud ». Dommage d’exclure les premiers concernés.

PS : Grâce à vos retours, un deuxième Africanscreenshot a été conscaré aux baskets made in Africa (le 9 mai)

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. michou permalink
    avril 28, 2010 7:17

    Je souhaite du succès à ces chaussures, mais si elles sont plus vendues en Europe qu’en Afrique peut-être que les commerçants pensent que c’est parce qu’elles auront plus de succès en Europe parce qu’elles ont un style « tennis urbaines », un peu comme des supergas. 69 € en Europe c’est quasi abordable pour tout le monde, mais en Afrique seulement une minorité urbaine les achètera.

    • sev permalink
      avril 29, 2010 2:52

      plutôt d’accord avec Michou. en fait ces baskets veulent se positionner sur le créneau baskets branchés, donc vendues dans endroits sélects. espérons qu’ils rencontrent le succès comme Veja et qu’ils « ouvrent » leur marché vers l’afrique. Je suis sûr qu’il y a plein de branchés aussi à Douala, Dakar ou Kinshasa !

  2. avril 30, 2010 6:22

    Concept promoteur et admirable ! Moi qui voulais justement investir dans une paire de basket :o) J’adhère aussi.
    Néanmoins, une question « trotte » dans ma tête : Ce projet est-il pérenne ? La production de basket à partir de matières premières provenant des 4 coins de l’Afrique risque de se heurter rapidement à des problèmes logistiques et surtout politiques… Non pas que je sois pessimiste, non! Je me répète: J’ADHERE; mais le risque que certains détracteurs se servent d’un éventuel échec pour, une fois de plus, dénigrer les capacités productives de ce continent est élevé.
    On attend aussi réellement plus d’informations sur les concepteurs. Cela permettrait sans doute à d’autres de se lancer!
    Bravo.

    PS: Un point de vente à Lusaka?!?!? :o)

  3. avril 30, 2010 6:40

    CHèRES MiCHOU ET SéVERiNE, CHERS TOUS 😮

    EFFECTiVEMENT OFFiCiELLEMENT, Sawa a d’ores et déjà prévu de s’ouvrir au marché africain comme ils me l’ont expliqué dans un mail que je vous livre :

    « Tout d’abord, comme vous l’expliquez très bien dans l’article, notre démarche consiste à naviguer à contre-sens du flux Nord-Sud, autrement dit, vendre des produits manufacturés en Afrique avant tout en dehors de l’ Afrique.

    Ensuite, il appartient aux boutiques africaines de choisir de distribuer nos tennis, il s’agit d’acheteurs indépendants qui décident seuls de proposer ou non nos tennis en fonction du potentiel de leur marché et de leur boutique.

    Enfin – et il s’agit certainement de l’explication au point évoqué ci-dessous – une paire de chaussure à 69 euros n’est pas accessible au plus grand nombre.

    Nous serions plus que ravis que nos tennis soient proposées en Afrique et nous oeuvrons pour. Nous avons plusieurs contacts dans de grandes capitales africaines qui proposeront certainement les tennis d’ici à la saison prochaine. Vous pouvez compter sur nous pour vous tenir au courant.»

    1. J’apprécie que Sawa prenne le temps de répondre (et vite !) aux articles qui leur sont consacrés.
    2. Je suis particulièrement sensible à l’argument « les boutiques africains sont des acheteurs indépendants et ceux qui sont intéressés n’ont qu’à se signaler. » Avis aux amateurs.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :