Skip to content

ATTENTiON, GOOGLE LANCE BARAZA

novembre 4, 2010

TOUJOURS PROMPT à se rendre indispensable, Google lance un service, gratuit, à destination des utilisateurs africains : Google Baraza. Le  géant américain l’annonce sur son blog destiné à l’Afrique subsaharienne dans un article coécrit par Mohamed Taha, ingénieur logiciel, et Aneto Okonkwo, directeur produit.

Le but (louable). Pallier au « manque de contenu local en ligne ». « Baraza qui signifie ‘force de travail’ ou ‘conseil’ en swahili », permet un partage des connaissances via des questions-réponses, à la manière de Yahoo ! answers (Yahoo ! questions/réponses en français) et WikiAnswers (Les Q&R Wiki, en français) pour n’en citer que deux (généralistes).

Comment ça fonctionne ? (Très simplement.) Selon Google, tout le monde peut « répondre à une question dans son domaine d’expertise (par exemple, échanges locaux, économie) ou poser une question sur un sujet qui le préoccupe. » Sachant que tout le monde peut s’estimer expert en… tout :o), je modèrerai et résumerai le propos ainsi : tout le monde peut répondre à une question ou en poser une. La courte vidéo « démo » explique très clairement comment s’y prendre.

Des exemples (choisis par Google).
–          « Comment danser en Coupé-Décalé ? »,
–          « Comment fonctionne la bourse régionale BRVM ? »,
–          « Quelle est la recette du poulet Yassa ? » ou encore
–          « Quelle est la meilleure compagnie d’assurance auto à Douala ? ».

Les réponses (pas top, pour le moment). En revanche dans sa petite présentation, « Google » oublie :o) de fournir les réponses obtenues dans Baraza. J’ai donc fait le test moi-même.

–          « Comment danser en Coupé-Décalé ? »
Réponse introuvable. Vous pouvez : Poser une question / Rechercher sur le Web
Bon, va falloir faire sans Baraza.

–          « Comment fonctionne la bourse régionale BRVM ? »
renvoie directement vers la question : « Quelles sont les différents marché financiers dans l’espace OHADA? » qui offre deux réponses (postées par des utilisateurs, on est bien d’accord).
« il ya la BRVM »
« Comme marché financier on peut citer la bourse régionale de valeur mobilière. »
Hmmm… un peu court, non?

–          « Quelle est la recette du poulet Yassa ? »
Réponse introuvable. Vous pouvez : Poser une question / Rechercher sur le Web

–          « Quelle est la meilleure compagnie d’assurance auto à Douala ? »
Réponse introuvable. Vous pouvez : Poser une question / Rechercher sur le Web

Pas mirobolant, mais il ne s’agit que de la version test, encore assez confidentielle. Plus il y aura d’utilisateurs plus des réponses seront disponibles à tout type de questions. Et peut-être que la version anglaise offre déjà plus de contenus (à vous de faire le test !).

Bien ou pas ?
1. Pas d’anticapitalisme/américanisme primaire avec moi, genre « Google le gros méchant des Etats-Unis qui veut écraser le web »,

<digression1> même si j’avoue (comme dirait ma nièce) que son hégémonie m’effraie… Donc pour essayer de contrecarrer sa suprématie, j’évite d’utiliser exclusivement des services Google pour les mails, la messagerie instantanée, mon réseau social, etc.<digression1>

2. encore moins de remise aveuglée en cause des apports de ces outils collaboratifs type Wikipedia,

<digression2> finalement, c’est comme le chocolat (je ne bois pas d’alcool) : à consommer avec modération.<digression2>

3. mais je m’interroge tout de même sur certains points comme la qualité du contenu (vaste débat) et le « tout à portée d’un seul clic » (ne pas trouver tout de suite, affiner sa requête, tomber sur un sujet un peu différent… fait partie de la démarche intellectuelle de la recherche et enrichit également). A ces réticences, s’ajoutent celles du blogueur Africa2.0 (que je ne partage pas toutes mais à vous vous faire votre avis) comme, entre autres, l’exploitation par Google du travail des internautes (africains), la modération des réponses, l’utilisation abusive des élèves…

Comme Africa2.0, je ne boycotterai surement pas Baraza, mais conseille une utilisation éclairée et non exclusive.

Publicités
4 commentaires leave one →
  1. LeSemeurDe permalink
    novembre 6, 2010 11:07

    Et après des siècles d’esclavage l’Afrique à nouveau terrain pour d’exploitation par le Net, pour les bénéfices d’une entreprise !

    On appel ça l’Esclavage Moderne !

    Quand donc les Africains se prendront par la main pour monter une telle idée mais sous forme associative pour les bénéfices de tous et non pas les bénéfices des actionnaires de Google ?

  2. michou permalink
    novembre 6, 2010 5:13

    comme tu le dis , je pense qu’avec le temps le moteur de recherche sera plus pertinent.
    Bisous

    • Philoutig permalink
      novembre 6, 2010 7:34

      J’avoue Michou.
      Bon dès que j’ai le temps je réponds à comment danser le coupé décalé haha

Trackbacks

  1. Afrique IT News

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :