Skip to content

L’HOMME AU REQUiN

mai 29, 2011

PARADOXALEMENT, SUR L’iMAGE, le prédateur des mers, pourtant mort, semble en pleine forme. Plus que son porteur, échine courbée par le poids de l’animal, bien plus que le paysage qui les entoure : bâtiments en ruine et route défoncée. La photo a été prise à Mogadiscio (décidément, en ce moment, toutes les routes mènent en Somalie…) par Feisal Omar pour l’agence d’informations Reuters. Elle a remporté le 1er Prix World Press, (un truc énorme dans la profession, un peu comme les Césars pour le cinéma), catégorie « Vie Quotidienne ». Pour vous dire à quel point il est normal, dans ce pays de pêcheurs, de se balader avec un requin sur le dos. N’allez pas croire pour autant que les Somaliens mangent du requin, comme d’autres du poulet ou du chien :o). Le cartilagineux est séché pour être exporté. On imagine donc le sacré butin que représente cette prise dans un pays qui de beaucoup de choses, mais pas d’armes.

<petite digression « rigolote » à ce sujet (l’exportation de requin « africain» séché)> Bracelets, crèmes rajeunissantes ou mets raffinés ? Un article, de 1994, se penche sur les mystères de l’utilisation, en Asie, des ailerons de requin pêchés en Afrique de l’Ouest </petite disgression « rigolote » à ce sujet (l’exportation de requin « africain» séché)>

<petite digression sérieuse sur la pêche en Somalie> L’environnement maritime somalien, sur le site du projet sur les Grands Ecosystèmes Marins d’Agulhas et de Somalie (ASCLME, mis en œuvre par le Programme des Nations Unies pour le Développement).</petite digression sérieuse sur la pêche en Somalie>

Le cliché d’Omar sera visible à Paris* à partir de la semaine prochaine, dans le cadre d’une exposition de tous les lauréats du concours. Trois autres images montrent des «bouts» d’Afrique :

– la photo d’une joueuse de violoncelle dans une rue de la bouillonnante Kinshasa (par Andrew McConnell),
– un fou de bassan atterrissant sur une île sud-africaine (par Thomas P. Perschak)
– ou choc entre deux joueurs de la coupe du monde de football lors d’un match à Cap Town (par Mike Hutchings).

L’occasion pour moi de peut-être franchir à nouveau le pas de la porte d’une galerie. Je ne sais pas pour vous, mais j’ai un peu de mal avec ce genre de lieu aux murs souvent trop blancs et dont on ne sait pas s’il faut venir acheter, ou au moins avoir les moyens d’acheter, pour pouvoir entrer.

* Galerie Azzedine Alaïa, 14 rue de la Verrerie, dans le 4e arrondissement. Comme l’explique l’Art Media Agency, c’est une expo itinérante qui est déjà passée par une quinzaine de pays et va continuer de tourner. Next stop : Madrid.

Publicités
No comments yet

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :